Pat Duncan

Première ministre du Yukon • Mai 2000 à novembre 2002

--

On peut en savoir beaucoup sur les gens en leur rendant visite dans leur tout nouveau bureau. Les murs sont nus, les bibliothèques vides et le bureau net, mais il y a toujours quelques objets qui y trouvent leur chemin – les objets les plus importants.

Pour la nouvelle sénatrice Pat Duncan, cela comprend le côté face d’un ancien tee-shirt. « Ce tee-shirt a tout vu, j’ai lavé l’auto avec ce tee-shirt. Pour moi, c’est ça le tee-shirt. »

L’étiquette dit : « aucune femme, aucun idiot, aucun lunatique ou criminel ne votera. » Il s’agit là d’une citation de la Loi de 1890 sur les élections au Canada.

Mme Duncan a reçu le tee-shirt comme cadeau de la part d’un ami bien avant qu’elle n’ait entamé sa carrière politique de première ministre. En 1996, Mme Duncan n’avait pas prévu que son mari porterait ce tee-shirt le jour où elle déposait son bulletin de candidature à la législature du Yukon. Il était usé, il avait déteint et dénotait l’attachement de la future candidate. Les Duncan l’ont littéralement utilisé pour nettoyer leur auto – et maintenant, il trône au Sénat du Canada.

Mme Duncan est née en 1960 à Edmonton en Alberta. Elle était la plus jeune de cinq enfants. Sa famille a déménagé à Whitehorse au Yukon lorsqu’elle avait quatre ans. Elle s’est mariée et devenue propriétaire d’une entreprise florissante. Elle a également travaillé dans le domaine des médias et comme directrice exécutive de la Whitehorse Chamber of Commerce.

Elle a d’abord été élue à l’Assemblée législative en 1996, en compagnie de deux autres Libéraux, un père et sa fille. Mme Duncan a été élue cheffe en 1998. En 2000, elle menait les troupes libérales vers une première victoire historique et devenait la première, et la seule jusqu’ici, femme premier ministre du Yukon. Le journal The Globe and Mail lui a donné le sobriquet de « Monsieur Pat Duncan ». Deux ans plus tard, Mme Duncan déclarait des élections et le parti s’est vu infliger une sévère défaite puisque la seule députée restante était Mme Duncan qui a dû cédé son poste de première ministre. Elle perdait également son titre de cheffe du parti en 2005.

Mme Duncan a été nommée au Sénat en décembre 2018.

Lorsqu’on lui pose la question sur la faiblesse du nombre de femmes pressenties à des fonctions politiques supérieures, elle dit que, selon ce qu’elle a vécu, «Les femmes ont tendance à accorder la priorité aux autres». Nous pensons souvent «un tel est plus intelligent que moi», ce auquel je réponds aux femmes qu’elles sont aussi compétentes que les autres. Il s’agit seulement d’avoir confiance en soi et de s’assurer que les circonstances vous sont favorables».

Pour en savoir plus sur les 12 premières ministres du Canada, ne manquez pas notre balado « pas de deuxième fois. »